----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

Lucien monta par un vieil escalier à balustres de châtaignier dont les marches cessaient d' être en pierre à partir du premier étage . Après avoir traversé une antichambre mesquine , un grand salon peu éclairé , il trouva la souveraine dans un petit salon lambrissé de boiseries sculptées dans le goût du dernier siècle et peintes en gris .
Le dessus des portes était en camaïeu . Un vieux damas rouge , maigrement accompagné , décorait les panneaux . Les meubles de vieille forme se cachaient piteusement sous des housses à carreaux rouges et blancs .
Le poète aperçut Mme de Bargeton assise sur un canapé à petit matelas piqué , devant une table ronde couverte d' un tapis vert , éclairée par un flambeau de vieille forme , à deux bougies et à garde - vue .
La reine ne se leva point , elle se tortilla fort agréablement sur son siège , en souriant au poète , que ce trémoussement serpentin émut beaucoup , il le trouva distinguée .
L' excessive beauté de Lucien , la timidité de ses manières , sa voix , tout en lui saisit Mme de Bargeton . Le poète était déjà la poésie . Le jeune homme examina , par de discrètes oeillades , cette femme qui lui parut en harmonie avec son renom ; elle ne trompait aucune de ses idées sur la grande dame .
Mme de Bargeton portait , suivant une mode nouvelle , un béret tailladé en velours noir . Cette coiffure comporte un souvenir du Moyen Age , qui en impose à un jeune homme en amplifiant pour ainsi dire la femme ; il s' en échappait une folle chevelure d' un blond rouge , dorée à la lumière , ardente au contour des boucles .
La noble dame avait le teint éclatant par lequel une femme rachète les prétendus inconvénients de cette fauve couleur .
Ses yeux gris étincelaient , son front déjà ridé les couronnait bien par sa masse blanche hardiment taillée ; ils étaient cernés par une marge nacrée où , de chaque côté du nez , deux veines bleues faisaient ressortir la blancheur de ce délicat encadrement .
Le nez offrait une courbure bourbonienne , qui ajoutait au feu d' un visage long en présentant comme un point brillant où se peignait le royal entraînement des Condé .
Les cheveux ne cachaient pas entièrement le cou . La robe , négligemment croisée , laissait voir une poitrine de neige , où l' oeil devinait une gorge intacte et bien placée .
De ses doigts effilés et soignés , mais un peu secs , Mme de Bargeton fit au jeune poète un geste amical , pour lui indiquer la chaise qui était près d' elle .

ILLUSIONS PERDUES (V, provinc)
Page: 166