----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

Ces damnés animaux croient alors que les gens susceptibles d' entrer en veulent à leur manger , et les mettraient en pièces . Vous me direz qu' on peut leur jeter des boulettes , mais il paraît qu' ils sont dressés à ne rien manger que de la main du concierge .
- Le portier de M . le baron de Nucingen , dont le jardin touche par en haut à celui de l' hôtel San - Réal , me l' a dit effectivement " , reprit le facteur .
" Bon , mon maître le connaît " , se dit Laurent . " Savez - vous , reprit - il en guignant le facteur , que j' appartiens à un maître qui est un fier homme , et s' il se mettait en tête de baiser la plante des pieds d' une impératrice , il faudrait bien qu' elle en passât par là ? S' il avait besoin de vous , ce que je vous souhaite , car il est généreux , pourrait - on compter sur vous ?
- Dame , monsieur Laurent , je me nomme Moinot . Mon nom s' écrit absolument comme un moineau : M - o - i - n - o - t , not , Moinot .
- Effectivement , dit Laurent .
- Je demeure rue des Trois - Frères , nÝ 11 , au cintième , reprit Moinot ; j' ai une femme et quatre enfants . Si ce que vous voudrez de moi ne dépasse pas les possibilités de la conscience et mes devoirs administratifs , vous comprenez ! je suis le vôtre .
- Vous êtes un brave homme " , lui dit Laurent en lui serrant la main .
" Paquita Valdès est sans doute la maîtresse du marquis de San - Réal , l' ami du roi Ferdinand . Un vieux cadavre espagnol de quatre - vingts ans est seul capable de prendre des précautions semblables , dit Henri quand son valet de chambre lui eut raconté le résultat de ses recherches .
- Monsieur , lui dit Laurent , à moins d' y arriver en ballon , personne ne peut entrer dans cet hôtel - là .
- Tu es une bête ! Est - il donc nécessaire d' entrer dans l' hôtel pour avoir Paquita , du moment où Paquita peut en sortir ?
- Mais , monsieur , et la duègne ?
- On la chambrera pour quelques jours , ta duègne .
- Alors , nous aurons Paquita ! dit Laurent en se frottant les mains .

FILLE AUX YEUX D OR (V, paris)
Page:1069