----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

- Oui , café ! Laissons les paroles oiseuses . Venons au positif ! Pour lors , vous me devez trois mois à cent quatre - vingt - dix francs , ça fait cinq cent soixante - dix ; plus le loyer que j' ai payé deux fois , que voilà les quittances , six cents francs avec le sou pour livre et vos impositions ; donc , douze cents moins quelque chose , et enfin les deux mille francs , sans intérêt bien entendu ; au total , trois mille cent quatre - vingt - douze francs ... Et pensez qu' il va vous falloir au moins deux mille francs devant vous pour la garde , le médecin , les médicaments et la nourriture de la garde . Voilà pourquoi j' empruntais mille francs à M . Pillerault " , dit - elle en montrant le billet de mille francs donné par Gaudissard .
Schmucke écoutait ce compte dans une stupéfaction très concevable , car il était financier comme les chats sont musiciens .
" Montame Zibod , Bons n' a bas sa déde ! Bartonnez - lui , gondinuez à le carter , resdez nodre Profidence ... che fus le temante à chenux . "
Et l' Allemand se prosterna devant la Cibot en baisant les mains de ce bourreau .
" Écoutez , mon bon chat , dit - elle en relevant Schmucke et l' embrassant sur le front , voilà Cibot malade , il est au lit , je viens d' envoyer chercher le docteur Poulain . Dans ces circonstances - là je dois mettre mes affaires en ordre .
D' ailleurs , Cibot , qui m' a vue revenir en larmes , est tombé dans une fureur telle , qu' il ne veut plus que je remette les pieds ici . C' est lui qui exige son argent , et c' est le sien , voyez - vous .
Nous autres femmes nous ne pouvons rien à cela . Mais en lui rendant son argent , à cet homme , trois mille deux cents francs , ça le calmera peut - être . C' est toute sa fortune à ce pauvre homme , ses économies de vingt - six ans de ménage , le fruit de ses sueurs .
Il lui faut son argent demain , il n' y a pas à tortiller ... Vous ne connaissez pas Cibot : quand il est en colère , il tuerait un homme .
Eh bien ! je pourrais peut - être obtenir de lui de continuer à vous soigner tous deux . Soyez tranquille , je me laisserai dire tout ce qui lui passera par la tête . Je souffrirai ce martyre - là pour l' amour de vous , qui êtes un ange .
- Non , che suis ein paufre home , qui ème son ami , qui tonnerait sa fie pour le saufer 
- Mais de l' argent ? ... Mon bon monsieur Schmucke , une supposition , vous ne me donneriez rien , qu' il faut trouver trois mille francs pour vos besoins ! Ma foi , savez - vous ce que je ferais à votre place .
Je n' en ferais ni un ni deux , je vendrais sept ou huit méchants tableaux , et je les remplacerais par quelques - uns de ceux qui sont dans votre chambre , retournés contre le mur , faute de place ! car un tableau ou un autre , qu' est - ce que ça fait ?
- Et bourquoi ?

LE COUSIN PONS (VII, paris)
Page: 676