à propos denotoient les cometes
Retour
NAUSEA (Friedrich Grau, dit)

Frederici Nauseae Blancicampiani... Libri Mirabilium Septem... .- Coloniae : apud Petrum Quentell, 1532.- 4, 200 mm, [VI-)LXVI [i.e. LXXVI] ff sign. ^, A-T4 , ill. gr.s.b. par Anton Woensam, empr. : goac 26am n-e-peno 3 M.d. XXXII

[Rel. parch. souple XVIe, sign. benevent minime, Minimes de Lyon.- Caillet 7934]

Evêque de Vienne en Autriche, ambassadeur au Concile de Trente, Nausea fait un inventaire des "merveilles" qu'il définit comme des phénomènes singuliers dépassant les lois naturelles, soit du fait de notre ignorance (en ce cas elles restent merveilles naturelles), soit du fait d'une intervention divine (miracles, monstres, prodiges, présages). Il avoue que la différence n'est pas toujours facile à saisir. Les Comètes de l'année 1531 (Pantagruel paraît à l'automne de 1532 et Gargantua semble avoir été rédigé au cours de l'année 1533)) ne pouvaient qu'être un heureux présage pour un sujet de Ferdinand Ier devenu roi de Bohême et de Hongrie en 1526, et roi des Romains en 1531. Cela n'empêche pas l'auteur de donner également des explications de nature météorologique. Au cours de son traité, il consacre un ensemble de chapitres à cette Comète, apparue également à Mayence en septembre, et l'interprète non seulement comme un signe de triomphe mais aussi comme une invitation à l'humilité et à la pénitence.

B.M. Lyon Rés. 341 858

Chapitre 23, p.137 : notoient les cometes


Retour