à propos deZaphran
Retour
JEAN de ROQUETAILLADE, O.F.M.

La Vertu et propriete de la quinte essence de toutes choses, faite en latin par Ioannes de Rupe scissa, et mise en françois par Antoine du Moulin Masconnois... - A Lyon, Par Jean de Tournes, (29 mars) 1549.- 8, 159 mm, 155 [-1-4bl] p. sign. A-K8, marques au titre et à la fin, extr. du priv. Empr : nses uee- esau cete 3 M.D.XLIX

[Rel. bas. XVIIe.- Cartier 143 ; Ferguson II, 306]

Franciscain du XIVe siècle, Jean de Roquetaillade, ou Joannes de Rupescissa, passa une vingtaine d'années en prison à cause de ses attaques contre le pape et le clergé ; il était aussi accusé de magie. Cet ouvrage, parmi d'autres, a été composé en captivité. La traduction en français a probablement été réalisée à partir d'un manuscrit, car la première édition latine date de 1597. Elle marque l'intérêt renouvelé pendant cette période pour toutes les questions qui paraissaient relever plus ou moins de doctrines spiritualistes (notamment dans le milieu de la Reine Marguerite de Navarre, soeur de François 1er).

B.M. Lyon Rés 340 090

Ce traité de la quintessence a fait reconnaître Roquetaillade (+ vers 1375) comme l'un des précurseurs de la médecine "chimique". Il est moins achimique qu'il n'y paraît : la "quintessence" est obtenue à partir de la distillation de l'alcool et sa combinaison avec la traditionnelle médecine des "simples" (apparemment aussi prisée par Rabelais) permet, selon l'auteur, d'obtenir des effets thérapeutiques étonnants. Le sens de ce mot apparaît à la fois très matériel et spirituel : Roquetaillade défend, tout comme Rabelais, les "povres hommes evangelisans".

Chapitre 10, p.60 : Zaphran


Retour